POITIERS / NANTES 68 – 56 : Les commentaires du lendemain de Jeffrey

La force du PB de cette saison, c’est son collectif. La faiblesse du PB, on l’a vu, c’est l’absence d’un go-to player, d’un joueur qui prend le match à son compte dans le money time, marque des paniers décisifs et amène son équipe à la victoire. Hier soir contre les Pélicans de la Nouvelle Orléans, Dwayne Wade des Chicago Bulls a quasiment tout raté pendant les trois premiers quart temps (2 tirs réussis sur 13 tirs tentés), quitte à marquer 17 points dans les 12 dernières minutes ! Les Bulls ont prévalu.

Le go-to player n’est pas forcément toujours le même homme ; parmi les Bulls, il y a également Jimmy Butler… Quant aux Poitevins, hier soir les tireurs n’étaient pas au rendez-vous (Poitiers : 23/67 ; Nantes : 20/56) ; seul Mickael VAR (et, dans une moindre mesure, l’arrière nantais Valentin BIGOTE), a fait preuve d’une grande précision (6/11) et les 9 points qu’il a marqués dans le troisième quart temps, alors que son équipe n’en a enregistré que 12, étaient de toute évidence d’un grand secours. J’insiste : Pendant les 4 premières minutes de cette période, le compteur poitevin étaient resté bloqué, personne ne tirait son épingle du jeu. Menés de 8 points à la mi-temps, les Nantais étaient revenus dans le match. Et c’est dans ce contexte, alors que chaque possession était âprement disputé, qu’après avoir fait signe à Pierre-Yves Guillard qui lui a refilé la patate chaude, Var a enquillé le seul tir à 3 points réussi de son équipe de tout le match (1/13).

Le quatrième quart temps était également dominé par les défenses ; jusqu’aux deux dernières minutes, le sort du match restait incertain. Côté poitevin, saluons la hargne, la pugnacité et l’acharnement de Drake REED (15 points, 10 fautes provoquées). De manière plus générale, les défenseurs poitevins ont su verrouiller l’accès à la raquette, ce qui a amené les tireurs adverses à multiplier des tentatives un peu désespérées et vouées à l’échec (5/26 à 3 points).

Et enfin, quant au nouveau meneur arrivé à Poitiers il y a quelques jours, Jay THREATT, nous avons découvert un joueur volontaire et altruiste (6 rebonds, 7 passes décisives) qui ne va sans doute pas tarder à trouver ses marques en tant que tireur. De bon augure…