POITIERS 92 – CHARLEVILLE 80 : UNE BELLE VICTOIRE, AVEC LA MANIERE

AVANT LE MATCH: A la fin de la vingtième journée du championnat, avec 9 victoires et 11 défaites Charleville-Mézières faisait partie d’un peloton de 6 équipes avec le même palmarès et dont le classement s’échelonnait de la neuvième à la quatorzième place; virtuellement qualifiées pour les play-offs, elles n’avaient pourtant qu’une seule longueur d’avance sur le peloton des équipes virtuellement relégables… Quant au PB, qui est rentré le rang suite à sa défaite à domicile (après 7 victoires consécutives) contre Orchies, il squattait le septième place en lorgnant vers le haut tout en craignant, peut-être, de commencer à dégringoler… Des deux côtés, l’enjeu de ce match de la vingt-deuxième journée est de taille. 

PENDANT LE MATCH: Il y avait d’abord un petit retard à l’allumage; alors que Charleville fit preuve d’adresse précoce (0-6), les finisseurs poitevins ne paracheva guère l’ouvrage. Il a fallu plus de deux minutes avant qu’Ekperigin n’ouvre la marque (1-6, puis 3-6). Une belle passe de Guillard à Greer mit rapidement les deux équipes à égalité (6-6), et Ekperigin mit le couvert (8-6). Tout en « arrosant » de loin, c’est un peu leur image de marque, les visiteurs commencèrent à faire tourner leurs systèmes autour du géant Pourchot (222 cm), qui n’était par ailleurs pas maladroit de la ligne de réparation (11-10, puis 18-18). Seul un tir in extremis de Dorsey permit aux Poitevins de terminer le premier quart temps en tête (22-21).

Pendant les trois premières minutes du deuxième temps, Poitiers et Charleville firent jeu égal  (24-24, 26-27). Et puis, de manière surprenante, Ekperigin a mis un tir extérieur (28-27), et ses coéquipiers ont trouvé leur vitesse de croisière: deux pénétrations du funambule Dorsey (32-27), deux tirs bonifiés de Greer (38-27), un autre tir à 3 points de Guillard (41-30). A partir de là, les débats se sont équilibrés; à la fin de la première temps le PB menait de 9 points (48-39) et n’était pas à l’abri d’un retour de l’adversaire.

APRES LE MATCH: C’est finalement lors du troisième quart temps que le PB a pris l’ascendant définitif. Pendant 6 minutes, l’adversaire est resté dans le match (61-52); c’est à partir d’un panier bonifié de Thinon qu’une certaine euphorie a commencé à s’installer (64-52). Mais cette période était surtout marquée par l’apothéose d’un certain Mike JOSEPH; en 10 minutes, le jeune pivot a marqué … 15 points! Son panier à 3 points (71-54) fut un petit chef d’oeuvre; c’est avec une aisance déconcertante et une « vista » remarquable qu’il a fait bingo; nous y reviendrons. A un moment donné, pourtant, nous avons eu peur; lors d’une drive dont le meneur-scoreur Dorsey détient le secret, il est tombé de manière malencontreuse sur sa cheville. Fort heureusement, il y a eu plus de peur que de mal; Darrin est revenu sur le terrain dans le quatrième quart temps, au cours duquel le PB a tout bonnement tué le match.DSC_0237