POITIERS 87 – HYERES-TOULON 83 : la victoire conservée

AVANT LE MATCH: Suite à une défaite lors de la première journée contre Le Portel, Hyères-Toulon Var Basket (HTVB) a remporté la bagatelle de neuf rencontres consécutives; au mois de décembre, cette équipe n’a pas laissé à ses adversaires l’ombre d’une chance, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Pendant ce temps-là, Poitiers Basket (PB) a retrouvé ses marques, surtout (mais pas seulement!) dans son « chaudron » et commence à se repositionner au milieu du tableau, alors que son adversaire du jour fait la course en tête et néanmoins talonné par Bourg-en-Bresse et Boulogne-sur-Mer. Autrement dit et des deux côtés, une bonne dynamique existe et l’enjeu est de taille.

PENDANT LE MATCH: Dès le début, les Poitevins affichaient un esprit conquérant: panier de Greer au bout de … 3 secondes, suivi d’un tir à 3 points du même Jeff (5-0). Or au-delà des exploits de tel ou tel joueur, la cohésion globale impressionnait. Assez rapidement, les hôtes prenaient le large (11-2), et malgré quelques pertes de ballon ponctuant un premier retour toulonnais (12-10), c’est à l’image de Joseph, aussi adroit qu’agressif, que le PB reprenait le large (22-10, 23-12 à la fin du premier quart temps).

Est-ce que les visiteurs avec leur banc prolifique allaient revenir dans le match? Le jeune Drissa Ballo (20 ans) fit une entrée remarquée (25-16), mais le minot poitevin Garbin (18 ans) marqua de loin (28-16), Malgré la vista de l’expérimenté arrière Ludovic Chelle (33-26), les joueurs de Nelhomme semblaient avoir réponse à tout: teardrop de Dorsey à la limite des 24 secondes (37-28), passe malicieuse de Dorsey au jeune Morency (39-28), tir bonifié de Greer (43-30). Et pour couronner une première mi-temps excellente, Dorsey et consorts mirent encore une fois le couvert (48-33).

APRES LE MATCH: La deuxième mi-temps se déclinait comme suit: 1) Premier passage à vide. Pendant près de 5 minutes, les Poitevins n’ont pas marqué le moindre point, mais puisque les Toulonnais les rivalisaient en matière de maladresse, la panne des Pictaves n’altérait pas la configuration du match (48-38), et dès que Dorsey et Greer avaient brisé la glace, 2) La machine se remettait en ordre de marche (52-38). Lors d’un second effort, Joseph a même aggravé la marque (59-45).  A la fin du troisième quart temps, les locaux tenaient bon (61-48), et les pénétrations conjuguées de Dorsey et Joseph (toujours eux!) (64-51, 66-53) prolongeaient (encore et encore!) l’état de grâce.  A moins de 6 minutes de la fin, les Poitevins avaient porté leur avantage à 17 points (72-55). 3) Or les Toulonnais n’avaient pas dit leur dernier mot! Muselé et maladroit jusque-là, le meneur Acker retrouvait ses marques, et l’arrière Dowe, handicapé pendant une bonne partie du match par des fautes écopées, réussissait également des tirs assassins. Si bien qu’à 3 minutes de la fin, les Poitevins ne tenaient plus guère leur match en main (74-72). Fort heureusement, Guillard provoqua une faute et mettait ses lancers francs, Dorszy mena à bien une dernière pénétration, et sur la ligne de réparation, évidement sous pression, sept lancers sur huit de Kevin Harley étaient bons. Malgré les frayeurs causées par un excellent adversaire qui ne s’avouait pas vaincu, en l’emportant le PB a tenu un pari qui aurait semblé insensé il y a 6 semaines. Cinq victoires consécutives!