POITIERS 85 – LILLE 91 (après prolongation) : une défaite rageante mais logique !

  • Lorsqu’une équipe qui joue à domicile et mène la course en tête pendant la quasi-totalité du match finit par concéder la défaite, il y a forcément déception. Or la formation poitevine n’a pas « craqué », elle s’est plutôt inclinée contre une formation lilloise bien en place, et dont la profondeur du banc a fini par s’avérer décisive.

  • Car l’absence de Warren NILES, blessé, a été préjudiciable aux Poitevins, qui manquaient cruellement d’options offensives dans le money time. J’irais jusqu’à dire qu’ils jouaient à 7 contre 9, et que dans un match assez physique et fort accroché, ils ont eu du mal à relever le défi physique pendant 45 minutes.

  • Et pourtant ! Crédité de 27 points, de huit passes décisives et de quatre rebonds, le meneur local Jay THREATT aura été sans l’ombre d’un doute l’homme du match, d’autant plus qu’à quatre ou cinq reprises, il a redonné soit l’avantage soit l’espoir à Poitiers. Par ailleurs, Arnaud THINON a bénéficié d’un temps de jeu conséquent (23 minutes) et a su lui aussi apporter largement son écot (10 points, 4 passes décisives).

  • Mal embarqués dans des prolongations périlleuses, menés d’emblée de 5 points, les Poitevins ont eu le mérite de s’accrocher ; ils ont failli revenir au score et n’ont baissé pavillon que dans les 30 dernières secondes. Dommage, mais finalement assez logique.