Poitiers 85, Denain 80 — La victoire en déchantant !

Poitiers 85 – 80 Denain 80 : La victoire en déchantant !

Est-ce que la magie poitevine est revenue ? A quel moment le déclic a-t-il eu lieu ? Est-ce que la mayonnaise a tout simplement fini par prendre ? De quelle manière expliquer la remontée fulgurante du PB, dont la dernière défaite date du 22 mars ? Sept victoires consécutives se sont succédé, dont trois à l’extérieur contre des équipes du haut du tableau (St. Quentin, Aix Maurienne, Fos sur Mer), et la quasi-totalité des succès se sont dessinés dans les moments décisifs, le « money time ». Et maintenant ? A quelques heures du début du match contre la désargentée et d’autant plus vaillante équipe de Denain, Poitiers Basket lorgnait la cinquième place du championnat, strapontin synonyme d’avantage du terrain lors du premier tour des play-offs, dont le début est prévu (à Saint-Eloi ?) pour le 13 mai. Advienne que pourra…

Et alors, c’était dès le début une rencontre à sens quasiment unique; suite à un premier panier adverse, Poitiers a marqué 7 points successifs (7-2), si bien qu’après 112 secondes de jeu, l’entraîneur de Denain a demandé un temps mort qui a permis à ses joueurs de souffler, quitte à remonter momentanément le pente (11-8). Or Karim Souchu avait déjà la main chaude (14-8), et Jeff Greer, lui, avait la main carrément torride (20-12, puis 23-14, 26-16: 15 points dans le premier quart temps). Et lorsque Lamine Kante a fait son entrée, c’était en fanfare (28-16, puis 30-16). A l’issue des 10 premières minutes, le PB avait commencé à prendre le large (32-18).
Par la suite, les deux équipes sont restées presque 2 minutes sans marquer, mais Jeff Greer était loin d’avoir dit son dernier mot (34-18, puis 37-18, 20 points dans les 13 premières minutes). Et puis, comme bombardier, Souchu a pris le relais (42-23, puis 46-25, 49-26). On aura compris que les Poitevins survolaient le match tout ne se battant dans la raquette comme des morts de faim, et le score à la mi-temps semblait être sans appel (53-30).
Score qui semblait, je le répète, être sans appel, d’autant plus qui suite à un nouveau tir lointain expertement ajusté de Souchu, on pouvait lire: Poitiers 61, Visiteurs 32. Et puis, il y a eu un trou d’air énorme; la défense adverse se resserrait, et les tireurs de Denain jouaient le tout pour le tout. On imaginait néanmoins à la fin du troisième quart-temps qu’il s’agissait d’un avertissement sans frais, mais de mauvaise passe à rebond défensif vendangé, le PB avait tout bonnement perdu le fil. Denain est allé jusqu’à leur infliger un 0-14 (de 67-50 à 67-64), et il restait encore 7 minutes de jeu. Un nouveau panier lointain de Souchu (23 points) était une bouffée d’oxygène (70-64), mais l’adversaire ne restait pas sans réponse (72-68), et les supporters poitevins nombreux retenaient leur souffle. Heureusement que Jeff Greer était là, toujours là (72-66, puis 75-68, 32 points marqués), mais les visiteurs refusaient de s’avouer vaincus (77-75), et il était bien temps qu’Ingram, toujours décisif, pénètre, provoque la faute, marque, et convertit son lancer franc (80-75); jusque-là, le meneur local n’avait pas marqué le moindre point! A partir de là, le temps jouait contre Denain, qui n’arrivait finalement pas à rattraper son retard de 29 points, mais les Poitevins avaient eu chaud, trop chaud, et à titre personnel, je ne retire aucune joie de la huitième victoire d’affilée du PB.

LES MARQUEURS POITEVINS : Souchu 23 Points, Greer 32, Guillard 9, Ingram 3, Ekperigin 6, Fall 5, Kanté 7.

 STATISTIQUES