POITIERS 84 – PROVENCE BASKET 80 : LA SAISON EST LANCEE

Suite aux matchs de pré-saison et des deux Coupes, le PB est entré dans le vif du sujet, à savoir le championnat français, en s’inclinant sur le fil à Roanne, alors qu’il avait mené la course en tête jusqu’au dernier quart temps. Faute d’avoir su « tuer » la rencontre en se mettant à confortablement à l’abri et à force d’avoir joué avec le feu l’équipe poitevine a fini par se brûler les doigts. Ce type de scénario amène le supporter de se poser des questions sur l’aptitude des Poitevins à tenir la distance pendant 40 minutes ou au cours d’une saison comportant plus d’une quarantaine de matchs. Avec huit joueurs professionnels plus deux Espoirs prometteurs mais relativement inexpérimentés, cet escadron parviendra-t-il à faire définitivement ses épreuves dans la durée?
Lors de son premier match de championnat à domicile, le PB se trouvait opposé à des Provençaux excellents sur le papier mais avec un effectif tout aussi juste; j’attendais avec une grande impatience la le verdict, j’allais dire la vérité du terrain.
Dès le début, on a compris qu’on allait assister à un match disputé et équilibré. Dans un premier temps, c’était le festival des deux intérieurs; pendant 7 minutes de jeu, avant d’écoper de sa deuxième faute, McKenzie a marqué 13 des 15 premières points provençaux; du côté poitevin, Fitzgerald était tout aussi performant (13 points dans le premier quart temps). L’écart n’a jamais dépassé les 4 points (5-9, 22-18). Vers la neuvième minute les hôtes semblaient prendre un léger ascendant, mais l’ailier aguerri Chris Davis n’a pas tardé à remettre les pendules à l’heure (22-22). A la dixième minuté, Thinon a réussi un tir en déséquilibre dont il a le secret (25-24), et les supporters locaux applaudirent leurs hommes des deux mains.
Le deuxième quart temps était provençal. Plutôt bien inspirés dans leurs intentions offensives, les Poitevins éprouvaient néanmoins des problèmes de finition et ne marquaient que 4 points dans les 5 premières minutes (29-33). Par ailleurs, le parquet devenait périlleusement glissant, Ona Embo a perdu son équilibre et a failli se faire mal, très mal. Fort heureusement Fitzgerald est revenu à la charge en bon intérieur mettant des tirs extérieurs (31-33, puis 37-37), et Embo s’est également mis en évidence (35-37). Mais quelques oublis défensifs pictaves ont été payés cash (37-39 après un dunk; 37-42 sur tir ouvert); les visiteurs avaient creusé un léger écart (40-44) et du côté local, hélas!, tout restait à faire.
Petit à petit, les visiteurs semblaient asseoir leur domination; à l’issue d’une jolie séquence ponctuée par une extra pass, Chris Davis mit un tir bonifié (46-53). Or le PB avait décidément du ressort autant psychologique que physique; en un rien de temps, Ogidé et Embo comblèrent la quasi-totalité de l’écart (50-53, puis 54-55). Les Provençaux commencèrent également à jouer de malchance; que de tirs in-and-out! A la vingt-neuvième -minute, Jeff Greer mit son premier panier de la soirée et le PB passa devant (56-55); est-ce que le vent tournait? Que nenni! Le meneur Clerc était au four et au moulin (58-59). Est-ce que le score allait en rester là? Que re-nenni! Juste avant de buzzer, Harley mit un panier incroyable … du milieu du terrain (62-61)!
Le momentum avait-il changé de camp? Pas tout à fait; dans les 4 premières minutes du quatrième temps, le PB ne marqua que … 4 points (66-71, suite à un tir ouvert de Broussard, qui est américain…). Or Fitzgerald était décidément en verve; grâce à une action à 3 points, son équipe se remit dans le bon sens (69-71). Et grâce à un rebond offensif, Guillard égalisa (71-71); juste après, Fitzgerald rappliqua (73-71). Mais Clerc avait du répondant et apporta la réponse (73-73). Dans l’action suivante, Fiyzgerald, toujours lui, provoqua une faute et, imperturbable, mit deux lancers francs (75-73 à 3 minutes de la fin). Et malgré deux coups de sifflet contestables qui donnèrent aux visiteurs la possibilité de se raccrocher au wagon (75-74), les locaux tinrent bon; suite à deux lancers francs supplémentaires de Fitzgerald (77-74), la victoire commença, enfin!, à se dessiner. Clerc n’avait pas pour autant dit son dernier mot (78-77). Et puis, Embo a perdu le ballon, ses coéquipiers ont récupéré la patate chaude, et Fitzgerald a marqué de nouveau (80-77, 35 points de l’homme du match). La dernière minute représentait un concours de lancers francs qui ne faisait somme toute que confirmer le triomphe (n’ayons pas peur des grands mots!) du PB qui va sûrement marquer de son empreinte le championnat Pro B 2014/2015.