POITIERS 81 – ROUEN 62 : UN MATCH REFERENCE

Pendant le match : A la mi-temps, le PB menait de 24 points (52-28) ; la messe était quasiment dite. En marquant les 8 premiers points du match, le collectif local impressionna d’emblée ; après 7 minutes de jeu, le déséquilibre entre les uns et les autres était flagrant (20-6). Tout le monde marquait, on n’avait jamais vu Kevin Harley autant à l’aise dans les tirs à 3 points… Or les remplaçants ne jouaient pas sur le même nuage, et les Normands revenaient assez rapidement dans un match enfin engagé (23-15, à la fin du premier quart temps). Cela étant, l’entrée sur le terrain de Yannick Blanc fit du bien, et les Poitevins se rebiffèrent (31-20, puis 36-26, à 4 minutes de la fin de la première période). Et puis, de nouveau, les Poitevins reprirent feu ; tirs à 3 points de Thinon, de Reynolds, de Kevin Harley de nouveau, au buzzer. Jusque-là, quelle formidable démonstration !

Après le match : Malgré quelques balbutiements ou passages à vide au début du troisième et surtout du quatrième temps, l’essentiel avait déjà été fait. Avec un peu plus d’adresse, les Rouennais auraient pu devenir menaçants, mais on peut également dire que malgré un léger relâchement, les Poitevins n’ont rien lâché. A ce sujet, il convient de saluer l’apport inestimable de Kevin Mendy dont les 10 rebonds ne représentent qu’un faible indice de sa combativité efficace ; toujours à l’affût des deux côtés du terrain, il a également mis des paniers salvateurs alors que l’adversaire commençait à prendre confiance…Quant à Kevin Harley, son répertoire devient de plus en plus complet, dirait-on, d’une semaine à l’autre, ce soir, il a été crédité de 19 points, 6 rebonds et 6 passes décisives… Quant à J-R Reynolds, qui n’avait pas joué depuis plusieurs mois et manquait visiblement de repères, il a alterné le bien et le moins bien… Mais en citant les joueurs individuellement on risque de passer à côté de la plaque ; ce qui importe avant tout, c’est la prestation collective fort réussie.