Poitiers 81, Nantes 80 – Que la victoire aux forceps est belle !

Poitiers 81-80 Nantes :  Que la victoire aux forceps est belle !

Quelques heures avant n’importe quelle rencontre, la même interrogation a lieu: Lequel des deux PB prédominera ? S’agira-t-il de l’équipe rayonnante susceptible de faire voler en éclats le plan de jeu de Boulogne-sur-Mer? Ou bien, reverrons-nous le conglomérat d’individualités battus récemment à domicile par Orchies ? Autrement dit, Poitiers Basket est tout aussi capable de céder le pas devant le dernier de la poule que de mener la vie dure aux cadors de la division. Contre Nantes, en revanche, le PB avait fait montre d’une certaine constance en remportant trois victoires aussi étriquées et tirées par les cheveux les unes que les autres; qu’en sera-t-il lors de la quatrième et dernière confrontation ?

 

Ce qu’il faut peut-être retenir au début du match, c’est grâce à l’arrivée-surprise du revenant Lamine Kante, c’est une équipe complète qui va au charbon. Après une minute de balbutiements, Ingram a ouvert le score (3-0), et Greer n’a pas tardé à l’imiter (6-2). Mais des Nantais accrocheurs (Cissé, Nidaye et surtout le très polyvalent Durham) sont restés au contact (8-6, puis 8-9); Souchu a pourtant mis rapidement les pendules à l’heure (10-9, puis 12-9), mais le pivot remplaçant O’Brien avait également du répondant (12-11). Les défenseurs poitevins ont alors resserré les boulons, et un panier lointain de Thinon (19-14) aurait pu libérer ses coéquipiers. Il n’en était rien, et suite à une action à 3 points de Cissé, aucun écart n’était creusé (19-17 à la fin du premier quart temps).

 

Et Lamine? Il a marqué ses deux premiers points en reculant (fadeaway) (21-19), et lorsque Fall a mis deux dunks successifs (23-21, puis 25-21), on pouvait dire que la partie poitevine était lancée. D’autant plus que le jeune meneur Micheneau n’était pas en reste (27-25). Mais Durham était toujours tout aussi tenace (27-29); seul un panier bonifié de Guillard a permis aux Poitevins de reprendre l’avantage (30-29); heureusement que Micheneau était décidément déterminé et adroit (35-31). Les débats se poursuivaient sur les mêmes bases, Lamine a eu la bonne idée de marquer sans forcer ses tirs (38-36, 42-40), mais c’est Micheneau qui a fait lever la foule en tirant de 18 mètres (c’est une estimation grossière!) au buzzer (45-38)).

 

Rien ne semblait pouvoir arrêter la bonne marche d’une équipe locale conquérante qui portait rapidement son avantage à 9 points (51-42). Et malgré quelques pertes de ballon qui permirent aux Nantais de se rapprocher dangereusement (53-51), des tirs réussis et bonifiés de Souchu (56-51) et de Lamine qui ne manquait pas ses nouveaux débuts (59-51) firent naître un début d’euphorie. C’était sans tenir compte de l’opiniâtreté des Nantais qui infligèrent aux Poitevins abasourdis « un 10-0 » (59-61). L’excellent meneur Anthony Raffa a réussi une interception cruciale; on avait compris que les Nantais n’allaient pas s’incliner sans résister jusqu’aux derniers instants. Le score à la fin du troisième quart temps? 60-61.

 

Greer a pourtant arrêté l’hémorragie (62-61), mais les Nantais persistèrent; grâce à un panier à 3 points de Gayon, ils prirent l’ascendant (62-66), et les Poitevins allaient passer le reste du match à courir vaillamment mais vainement (c’est ce qu’il semblait…) après le score. A 5 minutes de la fin, Raffa a frappé de nouveau (65-72); du côté pictave, ça commençait à sentir le roussi. C’est à ce moment qu’Ingram, l’homme des fins de match, est sorti du bois (68-72), et lorsque Greer a réussi une action à 3 points (71-72), on se disait que le pire n’est jamais sûr… Or les quatre phases offensives poitevins n’ont rien donné, et à moins de 3 minutes de la fin, Ndiaye porta l’estocade (71-75). Et puis, à 102 secondes de l’ultime buzzer, le même joueur a fait bingo tout en provoquant une faute et en convertissant le lancer franc qui suivit (73-79). Les affaires locales étaient plus que mal engagées! Or suite au tir raté d’un coéquipier, Greer a provoqué à son tour une faute et n’a pas fléchi sur la ligne de réparation (75-79). Et puis, à 39 secondes de la fin, le même joueur, décidément héroïque cette semaine, a marqué le panier de la dernière chance (78-79). Guillard a rapidement fait faute sur Raffa, qui n’a mis dans le panier qu’un de ses deux lancers (78-80). C’était alors à Ingram de jouer le tout pour le tout, et au lieu de tenter sa chance au risque d’arroser de loin, le meneur poitevin a eu le bon goût d’attaquer le cercle, de provoquer une faute, et de mettre le ballon dans le panier (80-80). Et à 19 secondes de la fin, il a empoché ce qui pouvait être le point de la victoire, pourvu toutefois que la défense poitevine tienne bon, sans faire faute. C’est exactement ce qui s’est passé, et contre toute attente, Poitiers Basket a signé une victoire au forceps qui de très bon augure, alors que la fin de la saison régulière s’approche, et que la perspective de play-offs passionnants commence à se dessiner.

 

LES MARQUEURS POITEVINS : Souchu 9 Points, Greer 15, Guillard 5, Thinon 3, Ingram 12, Harley 3, Ekperigin 5, Fall 8, Michineau 10, Kanté 11.

 STATISTIQUES