POITIERS 79 – ROANNE 75 : LA VICTOIRE AU FORCEPS

AVANT LE MATCH: Puisque le PB a assuré son maintien mais ne peut pas se qualifier pour les play-offs, la dernière rencontre de la saison est sans enjeu majeur; il s’agira quand même de terminer en beauté et d’offrir une réplique consistante à la Chorale de Roanne, qui va jouer gros; avec une victoire, cette équipe bénéficiera sans doute de l’avantage du terrain lors du premier tour des play-offs Pro B.
PENDANT LE MATCH: Au début du match … il n’y avait pas de match; chauffés à blanc, insolents d’adresse à l’image de Desroses (12 points dans le premier quart temps), les Roannais prenaient rapidement les commandes (0-10). Il a fallu presque 4 minutes pour que Jeff Greer débloque les compteurs poitevins (2-10). A partir de là, et en tirant bénéfice de l’arrivée sur le terrain de Lamine Kanté et surtout de P-Y Guillard (action pugnace « à 3 points », 16-18), blessés tous les deux la semaine dernière, le PB fit preuve d’une belle résistance; les coéquipiers de Tchicamboud, pas franchement transcendant, allaient avoir du fil à retordre. Après 10 minutes de jeu, rien n’était joué (18-23).
Et puis, au début du deuxième quart temps, à l’image de l’artilleur Thinon (4 paniers bonifiés dans les 20 premières minutes), les Poitevins commencèrent à faire feu de tout bois (32-29, suite au troisième tir réussi du petit meneur poitevin). Les hôtes fient plaisir à leur public en conjuguant envie, combativité et réussite. Or les Roannais avaient plusieurs cordes à leur arc; ils étaient loin de déposer leurs armes. Très adroits, en un rien de temps ils repassèrent devant (38-39, 40-42, 42-46 à l’entracte). Les hommes de Nelhomme allaient-ils terminer en beauté une saison décevante? Après 20 minutes de jeu de plus en plus intense, rien n’était joué.
APRES LE MATCH: Autant reconnaître que ce match n’a pas atteint des sommets de technicité. Or à l’image de Williams Soliman, omniprésent dans la raquette, les Poitevins se sont battus comme des morts de faim, se jetant sur tous les ballons; en un certain sens, l’issue de la partie devenait secondaire; ce qui importait, c’était l’envie dont firent preuve tous les joueurs, alors que Kanté et Greer étaient en panne d’adresse. Les supporters ont également répondu présents, et malgré la vista de Desroses et la polyvalence du jeune Guerschon Yabusele, les locaux ont tenu bon.
A la fin du troisième quart temps, il était toujours évident que rien n’était joué; pendant les six premières minutes du dernier acte, il y avait une certaine frilosité des deux côtés, et la ballon était loin d’atteindre sa cible. Or Lamine Kanté a réussi un tir à 3 points au meilleur moment (69-68), et à partir de là, dans les quatre dernières minutes, si les Rouennais ont égalisé (69-69, 71-71) ils ne sont jamais parvenus à repasser devant. Quant à la fin du money time, il y avait des ratés des deux côtés; Tchicamboud n’a pas réussi à convertir lancer francs d’égalisation…
Une saison difficile se termine donc sur une bonne notre; nous attendrons avec impatience la suite.