Poitiers 76, Evreux 66 – Nous sommes revenus de loin, de très loin…

Poitiers 76 – 66 Evreux :

Nous sommes revenus de loin,  de très loin…

A quelques heures avant la quatrième confrontation opposant des Poitevins et des Normands, les supporters du PB ne savaient pas à quoi s’attendre. Est-ce que l’équipe conquérante qui avait atomisé Evreux le 27 décembre allait confirmer sa supériorité dans le chaudron de Saint-Eloi ? Ou bien, est-ce que le conglomérat de joueurs qui avaient mordu la poussière pendant la quasi-totalité du mois de mars allait nous poser un lapin … du premier avril? Car pendant toute la saison, Poitiers Basket a soufflé le chaud et le froid, sans jamais arriver à faire taire les râleurs et les médisants. Un calendrier favorable de fin de saison devrait pouvoir permettre à Poitiers de se qualifier pour des play-offs qui s’annoncent indécis et passionnants, mais il y a loin de la coupe aux lèvres. D’autant plus que le grand défenseur Guillaume Costentin était sûr, ce soir, d’avoir son mot à dire.

Et hélas, ça pouvait difficilement commencer plus mal. A la fois organisés et adroits, les Ebroïciens réussissaient l’entame parfaite (0-7). Assez empruntés, les Poitevins subissaient la pression adverse et tardaient à trouver de bonnes positions de tir. Malgré les paniers de Guillard (3-7) et du capitaine Souchu (6-7), Walker de loin (6-10) et Givens de près (6-12) recreusaient un écart. L’entrée du longiligne Fall n’arrangeait rien; en l’espace de 2 minutes, le pivot remplaçant écopa de la bagatelle de … 3 fautes. Qui plus est , la défense locale baissait la garde et payait ses absences au prix fort (8-19). Souchu limita momentanément les dégâts, mais les visiteurs aggravèrent le score (10-24). Sans solutions des deux côtés du terrain, les locaux ne devaient un début de salut qu’à un panier dans des ultimes secondes de Jeff Greer (15-27).

A quel moment le réveil poitevin sonna-t-il? La sortie du terrain de Costentin (2 fautes) n’était sans doute pas étrangère à un certain relâchement défensif; les Poitevins commençaient à trouver des ouvertures, le retour de Thinon était remarqué, Greer récidiva (20-29), Harley assura la relève (22-29), et tout d’un coup, la partie était lancée: Malgré quelques rebonds offensifs adverses (22-31), Guillard répliqua (25-31), puis Greer intercepta, remonta le terrain et, sans opposition aucune, marqua (27-31). Thinon n’était pas en reste (29-31), et malgré une certaine rugosité dans la raquette de la part de l’adversaire qui n’abdiquait pas (29-34), Greer (31-34) et Thinon à 3 points (34-34!) étaient devenus irrésistibles. Qu’importait l’action à 3 points de l’excellent Givens (34-37, puis 34-39)? Harley était en verve (37-39), et puis, peu avant la pause et de manière aussi inespérée que le retour triomphal de Thinon, grâce à un tir bonifié de Greer, Poitiers passa devant (42-41).

Diaboliques d’adresse au début du match, les Ebroïciens ont baissé pavillon dans la deuxième mi-temps (34 tirs tentés, dont 9 tirs réussis…). Il ne s’agissait pas pour autant d’une promenade de santé poitevine. Givens a même arraché brièvement l’égalisation (47-45, puis 47-47), et Walker a mis le couvert (47-50). Les Poitevins s’étaient-ils épuisés à courir après le score? Que nenni! Avec un tir bonifié, Guillard n’a pas tardé à égaliser (52-52); le même joueur a hérité dans la foulée d’un bon ballon de Thinon (54-52), et Gréer a réussi une pénétration incisive tout en provoquant une faute (57-52). Quant à l’adversaire, la défense poitevine s’était resserrée, ce qui a suscité quelques pertes de ballon; puis Harley s’est engouffré dans la brèche (59-52) à la fin du troisième quart temps.

En enquillant deux tirs bonifiés au début du quatrième quart temps (62-52, 65-52), Thinon (11 points en 15 minutes de jeu) a permis à son équipe de prendre une option sur le match, alors que la partie avait été si mal engagée. Des paniers de Souchu (67-52), et de Greer (25 points, 29 d’évaluation (70-55, puis 72-56) ont effectivement mis fin à ce qui restait de suspense. A sept matchs de la fin de la saison régulière, cette victoire sur un adversaire qui boxe dans la même catégorie que le PB est de très bon augure.

LES MARQUEURS POITEVINS : Souchu 8 Points, Greer 25, Guillard 9, Thinon 11, Ingram 4, Harley 15, Ekperigin 2, Joseph 2.

 STATISTIQUES