POITIERS 76 – BOULAZAC 66 : ENVIE DE JOUER, VOLONTE DE GAGNER !

AVANT LE MATCH: Suite à une pause de dix jours, le championnat Pro B reprend ses droits. Après avoir connu un passage à vide (trois défaites consécutives), dans ses deux derniers matchs le BBD (Boulazac Basket Dordogne) a redressé la barre en venant difficilement mais définitivement à bout de Charleville-Mézières et de Nantes. Candidat évident aux play-offs, cette formation ne compte qu’une victoire de plus que le PB (Poitiers Basket), équipe victorieuse lors de cinq de ses six dernières rencontres. Chaque équipe a dû composer avec des blessures (Thinon) ou des départs (Carlino) et des arrivées (Vaughn), péripéties qui n’ont guère freiné leurs marches parallèles en avant.

PENDANT LE MATCH: Il n’y pas eu de round d’observation. L’imposant pivot « Frank the Tank » Hassell ayant été temporairement neutralisé, Boulazac n’a pas pu bénéficier de paniers faciles. Grâce notamment à l’adresse de Guillard les Poitevins ont brièvement mené (3-2), et l’adversaire n’a dû son salut qu’à des lancers francs (7-9). Mais l’extérieur Dorsey et l’intérieur Ekperigin veillaient au grain, et les locaux prenaient un léger ascendant (12-9, 14-12). L’entrée sur le terrain de Thinon (le sixième homme) n’a pas tardé à remporter des dividendes (20-18, puis 24-20 sur une action à  … 4 points au début du deuxième quart temps). Or par la suite la défense périgourdine s’est montrée de plus en plus dissuasive, et les joueurs du PB ont tenté des actions hasardeuses et peu couronnées de succès, si bien que pendant les 9 minutes suivants, ils n’ont marqué que 8 points supplémentaires. Si leurs adversaires avaient été plus adroites, ils auraient commencé à prendre le large; ce n’est que sur le tard, grâce à un panier bonifié de Vaughn (très tenace et déterminé) qu’ils sont passés devant, menant finalement à l’entracte de 2 points (32-34). Le suspense restait entier.

APRES LE MATCH: Finalement, c’est dans les deux dernières minutes du troisième quart temps que d’étincelle en fulgurance, les Poitevins ont su creuser un écart important et conséquent. De 43-43, le score est passé à 59-47. Il faut saluer les seconds efforts de Joseph et de Charles-Catherine, le fighting spirit d’Ekperigin, l’entêtement de Guillard, et le doigté défensif de Dorsey. Je n’oublie pas les deux grand paniers bonifiés de ce dernier, mais l’essentiel n’était pas là; malgré un pourcentage de tirs réussis quelconque (42%), les locaux se sont acharnés sur le ballon, sans le ballon, avec le ballon. Retenons comme chiffres éloquents les 6 rebonds offensifs d’Ekperigin et les 19 passes décisives de l’équipe. Il convient également et surtout de saluer le coaching de Ruddy Nelhomme qui a su: 1) intégrer avec succès les jeunes (Morency, Charles-Catherine); 2) instiller du mouvement quasiment permanent sur le plan offensif; 3) resserrer les boulons sur le plan défensif; 4) parvenir à neutraliser les joueurs-clés de l’adversaire (Hassell n’a marqué que 6 points); 5) communiquer une joie de joueur qui semblait faire légèrement défaut, auparavant.

« A la rue » fin novembre, le PB émarge actuellement à la cinquième place d’un championnat dense, passionnant, et qui nous réservera encore de nombreuses surprises.