Poitiers 70 – Boulazac 81 : Une nouvelle désillusion à domicile

Score_PB_Boulazac_24_janvier

AVANT LE MATCH: Deux équipes voisines et dont les parcours dans le basket professionnel sont similaires connaissent actuellement des fortunes divergentes. D’un côté, Boulazac semble avoir trouvé la bonne carburation et se rapproche lentement mais sûrement du hait du tableau. De l’autre côté, Poitiers a vécu une fin d’année difficile et s’est éloigné du groupe de candidats confirmés aux play-offs. Boulazac va donc chercher à continuer sur sa lancée, et Poitiers essayera vaille que vaille d’entamer sa remontée au classement; il faudra que le fait de jouer à domicile redevienne un avantage.

PENDANT LE MATCH: Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas au de festival offensif initial. Affaiblie par l’absence de Guillard, la défense poitevine barrait tant bien que mal l’accès au panier; l’ennui, c’est que dans la cinquième minute, le pivot poitevin Ogidé a écopé de sa deuxième faute et a regagné le banc, alors que le score était petit (3-6). Dès le début, les artilleurs du PB étaient en manque de réussite; seules les pénétrations de Kevin Harley (5-8, 12-12) permirent aux hôtes de rester dans le match (13-14, à la fin du premier quart temps). Mais à partir de là le vieux pivot nigérien Adjwanou (34 ans) s’est ouvert de manière répétitive le chemin au panier, ce qui permit à son équipe de creuser un premier écart (13-16, puis 15-21). Un tir à 3 points d’Ona Embo rapprocha les locaux (18-21), mais les apports offensifs de Thinon, de Kanté, de Greer et de Fitzgerald étaient, reconnaissons-le, quasiment nuls. Petit à petit, les visiteurs commençaient à multiplier les solutions offensives (Odiakosa, Soko). Bien que l’écart à la fin de la première temps n’eût rien d’insurmontable (24-33), on voyait mal de quelle manière le PB allait réussir à revenir dans un match dont le fil conducteur lui échappait.

APRES LE MATCH: Dès le début de la reprise, les bonnes intentions offensives étaient suivies d’effet, et des deux côtés. La supériorité intérieure de Boulazac, qui n’a tenté pendant toute la partie que onze tirs à 3 points, étaient devenue si flagrante qu’on craignait la rencontre à sens unique (28-42, 36-50 sur un panier de Gaillou). Les locaux ont tout de même eu le mérite de ne pas « laisser filer »; le réveil de Fitzgerald fit du bien (43-52), et un tir de derrière de cercle de Lamine remit carrément les Poitevins dans la partie qui devenait palpitante (46-52). Et malgré les lancers francs de Soko (48-57) et une interception suivie d’un panier de Dubiez (48-59), à la fin de troisième quart temps rien n’était vraiment joué (51-61), d’autant plus que Thinon n’a pas tardé à faire parler l’artillerie (56-62, puis 59-62). Et puis, hélas!, à 61-64 les espoirs locaux se sont écroulés. Tenaillé dans une prise à deux, Ogidé n’a pas su desserrer l’étreinte; lors de l’action suivante, il a écopé de sa cinquième faute, et l’excellent Adjiwanou, peut-être l’homme du match, n’a pas tremblé sur la ligne de réparation (61-66). Une faute technique sévère permit aux Périgordiens de recreuser l’écart (61-69). Et même si les Poitevins n’ont rien lâché (68-73), le match était perdu; compte tenu du rapport des forces actuel, les vainqueurs méritaient leur victoire, et les vaincus n’ont pas à rougir d’une défaite logique.

Jeffrey ARSHAM (JA)