POITIERS 68 – VICHY 75 : LE JEU COLLECTIF N’EST PAS AU POINT

Avant le match: Ayant renoué avec la victoire à domicile contre Boulazac dans la Leader’s Cup et face à Saint-Chamond dans le championnat, le PB se doit de continuer sur sa lancée à domicile. Or l’escadron de Vichy-Clermont, talentueux sur le papier mais auteur d’un début de saison cahotant, aura sûrement à cœur de redorer son blason. Est-ce que le nouveau coach, Stéphane Dao, fils de l’ancien sélectionneur de l’équipe de France, Pierre Dao, réussira à muscler l’attaque d’une équipe qui a eu du mal à dépasser la barre des 70 points, alors que son homologue, Ruddy Nelhomme, voudra sûrement resserrer les boulons défensifs ?

Pendant le match: Première impression : Si les Vichyssois font circuler le ballon, les Poitevins se repassent la patate chaude. Malgré cela, c’est Léonard qui retrouve Var, bien démarqué, et qui marque (6-2). Fall profite de son avantage de taille et le PB capitalise (8-2). Or ce beau départ, c’est peut-être un leurre ; bien démarqué lui aussi, Ware vise juste (8-5), puis c’est l’ailier Byars, excellent, qui marque sur rebond offensif (8-7, puis 10-10 ; 5 minutes se sont écoulées). Les Vichyssois passent devant (sur lancers francs) pour la première fois (10-12), mais Joseph veille au grain (12-12), et Thinon ajuste un lointain tir (15-12). Or là aussi, l’embellie est de courte durée ; l’ex-Poitevin Morency intercepte et marque sur contre-attaque (15-16). A la fin de la première période les visiteurs mènent au score (17-19) ; sept joueurs (vs. 4 Poitevins seulement) ont déjà marqué… Au début de la second quart temps Byars donne le ton (17-22), et l’on sent que les locaux vont être condamnés à courir après le score (19-24, 21-28, 23-31), mais ils ont le mérite de ne point abdiquer ; un tir à 3 points de Léonard relance le match (26-31), et McWhorter à son tour chipe le ballon, contre-attaque, et va jusqu’au bout (29-33). Reed redouble de combativité (31-37), Var n’a pas dit son dernier mot, et à la mi-temps, la tendance est défavorable au PB, mais le match est loin d’être plié (33-37)

Après le match : Dès le retour sur le terrain, les Vichyssois ont continué sur leur lancée ; malgré les exploits individuels de Guillard (42-43) et de Reed (45-49), les Poitevins n’arrivaient pas à imposer leur empreinte sur la partie, d’autant moins qu’ils étaient lourdement sanctionnés et accumulaient des fautes (Fall, McWhorter, Thinon). Un panier à 3 points de Bronchard creusa l’écart (47-54) ; le même joueur se reconvertit en voleur de ballon, et Ware ne dédaigna pas l’offrande (47-56). Lessort marqua sur rebond offensif (47-58), et dans la foulée, le tir lointain d’un coéquipier démarqué a failli tuer le match… Or c’est à ce moment-là, impulsés par Grant et propulsés par Var, que les locaux sont revenus dans la partie (52-58, à la fin du troisième quart temps).

Sursis ou sursaut ? On pouvait se poser la question, mais Var continuait à donner la réponse, et le PB est revenu à égalité (58-58) quitte à passer brièvement devant (59-58) Or c’est Morency qui, à l’issue des 24 secondes réglementaires, a mis fin à l’euphorie poitevine naissante (59-61). Var n’en a pas moins continué à provoquer des fautes et à convertir des lancers francs (61-61, 63-63, 64-65, avec 4 minutes à jouer). Or un tir lointain d’El Amrani (64-68) a douché les espoirs poitevins, d’autant plus que les points marqués étaient devenus denrée rare. Var a tout de même apporté l’égalisation (68-68), mais à moins de 2 minutes de la fin, Ware a bien ajusté son tir (68-71), et malgré des tentatives répétées (tirs à 3 points à n’en plus finir) de ré-égalisation, les Poitevins étaient vaincus. Il est évident que le jeu collectif du PB reste un work in progress ; d’une part, il y a un manque chronique de dureté défensive ; d’autre part, les séquences offensives sont trop souvent inabouties, il y avait ce soir trop de tirs à trois points (31), ce qui traduit un évident manque de liant, de force pénétrante, de finition dans la raquette. En un mot, nous sommes loin du compte.