POITIERS 62 – BLOIS 73 : le coup d’arrêt

Suite à trois victoires consécutives, le PB n’a pas su se défaire de l’emprise d’une équipe blésoise plus complète, plus en confiance, et qui méritait amplement sa victoire. Pendant un quart temps, les Poitevins ont pourtant su tenir tête à l’adversaire (18-18) dans un début de match bien moins offensif que la rencontre des deux formations remportée par Blois, le 16 décembre (95-90). Lors du deuxième quart temps, la profondeur de bac des visiteurs à commencé à se faire ressentir (31-38) ; si le déficit des locaux n’avait encore rien de rédhibitoire, force était de constater qu’en 20 minutes de jeu, les joueurs du cinq de départ de Poitiers n’avaient marqué que 12 points, une misère ! Et à l’image du jeune meneur américain Frank Turner, les visiteurs prenaient leurs marques et creusaient un écart qui gonflait progressivement (42-54 vers la fin du troisième quart temps). Impulsés néanmoins par le meneur adverse Jay Threatt et le très jeune Sékou Doumbouya, les locaux ne lâchaient pas complètement prise (49-56 à l’orée du dernier quart temps), mais chaque fois qu’ils se rapprochaient de leur bourreau de la soirée, un joueur de banc (Ndoye, Diame, Tortosa) mit rapidement fin à l’embellie ; autant dire qu’à 5 minutes de la fin, la messe était dite (54-66). Incapables de s’imposer dans la peinture, les Poitevins arrosèrent assez copieusement (9/32 à 3 points). Par ailleurs, aucun joueur pictave n’atteignait la barre des 10 points. Vers la fin d’une rencontre qui tournait à la démonstration, les Blésois « déroulaient » leur jeu de manière insolite…

Le PB parviendra-t-il à se ressaisir le mardi prochain chez les Nantais qui « boivent la tasse » en ce moment ? Histoire de repartir de l’avant, après le coup de frein d’une soirée à oublier, au plus vite.