PB86 – FOS SUR MER : 86-90 : IL Y AVAIT DE LA PLACE…

DSC_0168

AVANT LE MATCH:  A l’issue de la vingt-cinquième journée du championnat, les deux formations affichaient le même bilan, 14 victoires / 11 défaites, et pointaient toutes les deux à la cinquième place. Or leurs dynamiques étaient différentes; si le PB venait de remporter une victoire de prestige à Boulogne, Fos-sur-Mer avait perdu d’un point à Roanne, après avoir mordu la poussière à Denain et contre les leaders toulonnais. Il est vrai que ces trois défaites sont intervenues suite à une série de huit victoires consécutives. Est-ce que le vent a tourné, ou s’agit-il d’une turbulence passagère? Eléments de réponse à prévoir, le 12 avril à Poitiers, équipe qui s’efforcera de défendre son pré carré.

PENDANT LE MATCH: Autant dire qu’à la fin de la première mi-temps, les deux formations de haut de tableau sont à égalité parfaite (46-46), et que cette égalité n’est que justice. Lors des premières minutes, les pistoleros poitevins, dont un certain Pierre-Yves Guillard (9 points dans le premier quart temps) ont mené au score (17-10), mais qu’à l’aide d’un banc assez productif (pensons au jeune extérieur J-B Maille), les visiteurs se sont engouffrés dans la moindre brèche, revenant presqu’à égalité à la dixième minute (22-19) et prenant carrément les devants (28-31) par la suite. Et malgré quelques belles actions collectives orchestrées pour la plupart par Darrin Dorsey, les Poitevins ont eu du mal à tenir la cadence..

APRES LE MATCH: Après l’entracte, les défenses devenaient prédominantes; dans l’espace de 5 minutes, les points se raréfiaient (53-48). Or c’est à partir de là, hélas, que les Poitevins n’ont pas pu, pas su prendre une option sur le match — et ce malgré les travaux dans la raquette de Guillard et Ekperigin, tous les deux impeccables d’acharnement et d’abnégation. Or quant aux extérieurs adverses, notamment Derrick Obasohan et Loic Akono, ce sont pas des nouveaux venus, et leurs tirs bonifiés ont remis leur équipe d’aplomb (65-64, à la fin du troisième quart temps).

Lors des dix dernières minutes, reconnaissez-le, les visiteurs ont pris carrément le dessus (69-76, à 5 minutes de la fin). Au pied du mur, les locaux ont eu le mérite de ne pas abdiquer; grâce aux tirs à 3 points de Greer (73-76) et plus tard de Guillard et de Harley, ils sont restés au contact. Mais lors des autres possessions, ils étaient à court de solutions, alors que Fos-sur-Mer ne semblait rater aucune occasion. Trop maladroits (10/30 à 3 points, 18/29 sur les lancers francs), trop dépendants de leur cinq de départ (l’apport du banc se limitait essentiellement à Thinon, 8 points et à Joseph, 8 points), trop approximatifs dans l’ensemble, c’est sans franchement démériter que le PB a pourtant fini par s’incliner.