PB 80 – NANTES 83 : une défaite qui fait mal

L’ENJEU: L’enjeu est capital. A l’issue de la trentième journée du championnat Pro B, cinq équipes présentaient un bilan arithmétique parfaitement équilibré (15 victoires, 15 défaites): Nantes, Vichy-Clermont, Lille, Poitiers et Saint-Quentin, et deux autres (Boulogne, Charleville) avaient une victoire en moins. Trois de ces 7 formations vont se qualifier pour les play-offs. Le PB vient de perdre 4 matchs consécutifs et doit impérativement se ressaisir, sous peine de vacances prématurées. Quant aux Nantais, début avril ils l’ont emporté à Evreux et contre Boulazac, mais des défaites très récentes contre Saint-Quentin et à Roanne ont peut-être freiné la dynamique…

PENDANT LE MATCH: Au tout début, c’est Nantes qui a pris insolemment le dessus grâce en majeure partie à 3 paniers bonifiés, dont 2 de Bigote (2-11). Or la combativitéet l’adresse de Guillard aidant, les Poitevins sont rapidement revenus dans le match (7-11). Et malgré la nette domination nantaise au rebond, ils ont même réussi à égaliser (13-13) et à passer devant sur un joli enchaînement Dorsey-Joseph (16-14). Suite à un panier de downtown de Darrin Dorsey, ils sont allées jusqu’à creuser un petit écart (21-15, 25-20 à la fin du premier quart temps).

Mais dès l’entame du deuxième quart temps, la tendance s’est inversée brutalement; grâce à 7 points consécutifs de Warren, très productif de près et de loin, les Nantais ont repris les commandes (25-27). On avait l’impression qu’en remontant le ballon, les Poitevins manquaient de sérénité et perdaient leurs repères; le jeu s’effilochait, et les visiteurs profitaient des ouvertures (27-32). Seuls les intérieurs Joseph et Guillard surnageaient; grâce à 6 ponts consécutifs du premier, les hôtes revenaient sur les talons des visiteurs (41-42). Or l’arrière Desespringalle marquait de loin, et l’écart à l’entracte était réel (42-47).

APRES LE MATCH: Le troisième quart temps était poitevin; avec agressivité et panache, les locaux ont d’abord égalisé suite à un rebond offensif d’Ekeprigin (53-53), puis repassé devant sur une pénétration de Dorsey (55-53). Et puis, suite à deux paniers à 3 points de Greer, les affaires poitevines semblaient être au beau fixe (62-56). C’était à ce moment-là qu’il fallait poser son empreinte sur un match jusqu’alors indécis, mais plusieurs possessions poitevines étaient marquées par des cafouillages, les armes offensives étaient gaspillées, et à la fin du troisième quart temps, l’écart était redevenu minime (65-61).

Les dix dernières minutes s’annonçaient pourtant plutôt bien; panier à 3 points de Thinon (68-61). Or à partir de là, une certaine supériorité numérique nantaise commençait à se faire sentir; il y avait trop de « secondes chances » adverses, trop de pertes de ballon poitevine, pas assez de lucidité… (68-69). Les Poitevins ont néanmoins eu le mérite de ne rien lâcher, et à 4 minutes de la fin, ils conservaient toutes leurs chances (76-72). Or par la suite, dans les moments décisifs d’un match accroché, d’une part les Nantais géraient mieux le ballon, et d’autre part les locaux ne trouvaient pas de bonnes positions de tir et n’arrivaient plus à réussir leurs pénétrations; c’est avec une certaine logique qu’ils ont fini par s’incliner (80-83).