Le PB perd de nouveau à Aix-Maurienne (57-58)

Avant le match : Trois jours après une nouvelle défaite à domicile (81-89), cette fois-ci contre une équipe remaniée et dynamique d’Evreux, les protagonistes de Poitiers n’ont pas eu le temps de se remettre en question. Trois heures avant la rencontre à Aix, je m’interrogeais: 1) Comment arrêter l’hémorragie défensive ?: 2) Est-ce que l’intégration du nouveau meneur Morris Sharaud Curry, dont l’arrivée sous les cieux poitevins ne date que d’une douzaine de jours, avait avancé ? 3) Comment contenir l’intérieur aixois Curtis Kelly (près de 15 points par match) ?

Pendant le match : La première mi-temps se résume comme suit : 1) Pendant les cinq premières minutes, les visiteurs ont su imposer leur loi (0-9, 5-13) , faisant montre d’une bonne dissuasion défensive et d’une adresse momentanément correcte. Seule ombre au tableau, les neuf balles perdues dans le premier quart temps. 2) Pendant 7 minutes, propulsé par l’arrière Akeem Williams (11 pts) les Aixois ont pris le match à leur compte de manière dévastatrice en marquant 23 (!) points consécutifs (28-13). A trois reprises, les Poitevins n’ont pas su tenter un tir dans les 24 secondes réglementaires. 3) Et puis, de manière assez incroyable, Poitiers est revenu dans le match en enregistrant 11 points consécutifs (28-24). Meneur inspiré et efficace, Curry a montré toute l’étendue de son talent ; défensivement, Faye et Joseph ont contré je ne sais combien de tentatives de pénétration. A la mi-temps, le PB était revenu au score (31-32) et il était impossible de prévoir l’issue du match.

Après le match : Disons-le tout de suite ; les Poitevins ont défendu comme les morts de faim mais ont péché par maladresse. Pendant les 5 premières minutes du troisième quart temps, ils n’ont marqué que 4 points (38-36) ; c’est insuffisant. Curry n’a pas su répliquer des prestations du début du match (46-38), et si Goods a fini par trouver un semblant d’adresse (46-41), les visiteurs n’ont jamais su réaliser de nouveau une bonne série. Cela dit, grâce à un exploit de Harley ils sont encore revenus dans le match (48-45 à 10 minutes de la fin).

Et le « money time » ? C’était un peu la guerre des tranchées ; chaque panier valait son pesant d’or. La dèche offensive poitevine se poursuivait ; à 4 minutes de la fin les Aixois n’étaient pas loin d’avoir plié le match (54-47). Or grâce en majeure partie à la combativité d’Anderson et à la ténacité de Doumbouya, tout redevenait possible (56-55, à un peu plus de 2 minutes de la fin). C’est à ce moment-là que les Poitevins ont tout fait en vue de barrer l’accès au panier … et y sont parvenus. Or offensivement, c’était toujours la même pénurie; que de tirs relativement ouverts ratés dans les grandes largeurs ! Un peu par miracle, à 10 secondes à la fin et à la suite d’une séquence confuse, ils sont tout de même passés devant, mais 4 secondes plus tard, une fois n’est pas coutume les aides défensives poitevines ont manqué à l’appel, et Aix est repassé devant (58-57). Il restait 6 secondes à jouer mais cette fois-ci, il n’y a eu de tir ouvert, et c’était fini. Rageant… Par ailleurs, Kelly a fini avec 9 points et 8 rebonds, mais c’est sur le très expérimenté Kevin CORRE (13 points) qui a peut-être fait la différence dans un match accroché jusqu’aux derniers instants.